Les articles sur l'actualité

Date :17/09/2018
Auteur :Propos reccueillis par Marion LEMERLE, Avocat

Peut-on réclamer un rappel de salaires au-delà du délai de 3 ans ?

Pour toutes les actions en paiement de salaires introduites depuis le 14 juin 2013, le délai de prescription est de 3 ans (article L3245-1 du Code du Travail).

...

Pour toutes les actions en paiement de salaires introduites depuis le 14 juin 2013, le délai de prescription est de 3 ans (article L3245-1 du Code du Travail).

...

Ce délai peut parfois paraitre court pour les salariés. Certains essayent de contourner la prescription en travestissant leur demande de paiement de salaires en demande d’une autre nature.

Tel était le cas d’une auxiliaire de puériculture, qui contestait son licenciement et sollicitait, notamment, le paiement de dommages et intérêts en réparation du préjudice subi du fait de l'absence de répartition des horaires entre les jours de la semaine dans son contrat de travail à durée déterminée à temps partiel.

La Cour d’appel avait fait droit à la demande de dommages et intérêts formulée par l’ex-salariée au motif que, compte tenu de l’absence de répartition des horaires entre les jours de la semaine, le contrat de travail à temps partiel de la salariée était présumé être un contrat à temps plein. D’après la Cour, l’ex-salariée avait subi, de ce fait, un préjudice justifiant l’octroi de dommages et intérêts.

Suite au pourvoi formé l’employeur, la Cour de cassation a cassé l’arrêt rendu par la Cour d’appel dans la mesure où « sous le couvert d'une demande de dommages-intérêts pour absence de répartition des horaires sur le contrat de travail, la salariée demandait le paiement d'une créance de rappel de salaire qui était prescrite ».

Il en fallait manifestement plus pour tromper la religion de la Cour de cassation.

 

            (Cass. Soc. 28 mars 2018 n°12-28606 publié au bulletin)

lire la suite
Date :17/09/2018
Auteur :Propos reccueillis par Marion LEMERLE, Avocat

Consommation anormale d’eau et plafonnement de la facture correspondante - Le saviez-vous ?

Une fuite survenant sur les canalisations qui se situent entre un compteur d’eau et l’immeuble dont il dépend  (fuite dite « après compteur ») relève de la responsabilité du propriétaire.

...

Une fuite survenant sur les canalisations qui se situent entre un compteur d’eau et l’immeuble dont il dépend  (fuite dite « après compteur ») relève de la responsabilité du propriétaire.

...

Cette règle peut s’avérer très préjudiciable lorsqu’une telle fuite se déclare à l’extérieur d’une propriété parce qu’elle est difficilement détectable. Et si le relevé des compteur d’eau n’est effectué qu’une fois par an, le montant de la facture peut très vite s’envoler.

Afin de limiter les conséquences d’une telle fuite, le décret n°2012-1078 du 24 septembre 2012 a mis en place un plafonnement de la facture d’eau potable.

Pour bénéficier de ce plafonnement, le consommateur doit remplir des conditions très strictes.

Mais encore faut-il que le service d’eau potable informe le consommateur du caractère anormal de la consommation relevée!

Si le service d’eau potable ne respecte pas cette obligation d’information préalable, il ne peut reprocher au consommateur de ne pas avoir respecté ensuite les démarches fixées par le décret pour bénéficier du plafonnement, ni le priver du plafonnement de sa facture.

C’est ce qu’a rappelé la première Chambre Civile de la Cour de cassation dans un arrêt du 21 mars dernier.

 

(Cass. Civ. 1ere 21 mars 2018 n°17-13031 publié au Bulletin)

lire la suite
Date :17/09/2018
Auteur :Propos reccueillis par Guy SIX, Avocat associé et Chloé DUPAS, Apprentie

Les abus de biens sociaux : définition et champ d’application (Partie 1)

Le délit d’abus de biens sociaux consiste dans le fait pour un dirigeant social de « faire, de mauvaise foi, des biens ou du crédit de la société, un usage qu'il sait contraire à l'intérêt de celle-ci, à des fins personnelles ou pour favoriser une autre société ou entreprise dans laquelle il est intéressé directement ou indirectement ».

L’idée est ici donc de réprimer les comportements déloyaux des dirigeants afin d’assurer la protection de la société, des associés et des salariés.

...

Le délit d’abus de biens sociaux consiste dans le fait pour un dirigeant social de « faire, de mauvaise foi, des biens ou du crédit de la société, un usage qu'il sait contraire à l'intérêt de celle-ci, à des fins personnelles ou pour favoriser une autre société ou entreprise dans laquelle il est intéressé directement ou indirectement ».

L’idée est ici donc de réprimer les comportements déloyaux des dirigeants afin d’assurer la protection de la société, des associés et des salariés.

...

Quand l’infraction est-elle constituée?

L’abus de biens sociaux est un délit qui se commet par action (acte positif du dirigeant) ou par omission (abstention du dirigeant).

Afin de pouvoir retenir la qualification de cette infraction et de la sanctionner, chacun des éléments qui suit doit être constitué.

Il faut donc un élément matériel:

  • un usage des biens de la société: toute utilisation des biens au sens large du terme soit les meubles mais également les immeubles constituant le patrimoine de la société et qui sont donc susceptibles d’appropriation.
  • un usage contraire à l’intérêt social de la société: l’usage contraire se retrouve constitué dès lors que le dirigeant fait courir un risque anormal à la société,
  • dans la poursuite de l’intérêt personnel de l’auteur de l’infraction: l’usage litigieux doit être réalisé à des fins personnelles, immédiates donc propres au dirigeant ou pour favoriser une société dans laquelle il est intéressé.

Mais il faut aussi un élément intentionnel :

Le dirigeant doit avoir conscience du caractère abusif de l’acte. Il faut prouver la mauvaise foi de l’auteur de l’infraction, qui est caractérisée par la dissimulation des faits et le fait qu’il ait conscience de causer un préjudice à la société.

Pour apprécier chacune de ces conditions il faut se placer au jour même de l’usage, de l’opération litigieuse.

Quelles sont les sociétés concernées?

Toutes les sociétés commerciales sont concernées, sauf les SNC et SCS.

Les SELAS et SELARL font parties du champ d’application de l’infraction.

On exclut les sociétés civiles.

Qui est responsable?

Seuls les dirigeants sociaux peuvent être condamnés pour une telle infraction.

Les dirigeants de droit:

Ceux nommés par les statuts ou par décision d’assemblée.

Les dirigeants de fait:

Le dirigeant de fait est “celui qui exerce en toute souveraineté et indépendance une activité positive de gestion ou de direction”. Il exerce un pouvoir de gestion de la société sans pour autant être le mandataire social reconnu à ce titre.

La délégation de pouvoir:

En cas de délégation de pouvoirs, définie comme l'acte juridique par lequel le déléguant transfère une partie de ses pouvoirs à un délégataire, permet la transmission du dirigeant à son délégataire, de son pouvoir mais également toute ou partie de la responsabilité pénale liée à ce pouvoir!

En conclusion, les dispositions relatives à cette infraction sont applicables à toute personne qui directement ou par personne interposée aura exercé la gestion de la société sous couvert ou aux lieu et place du dirigeant légal.

 

La suite sur l’ABS le 25 septembre 2018…

lire la suite
Date :13/09/2018
Auteur :Propos reccueillis par Guy SIX, Avocat associé et Chloé DUPAS, apprentie

Le financement du petit matériel : liés pour la vie ?

Dans toute entreprise, il existe des situations dans lesquelles la réalisation d’opérations nécessite la conclusion de plusieurs contrats à exécution simultanée : on dit que ces contrats sont interdépendants.

 

...

Dans toute entreprise, il existe des situations dans lesquelles la réalisation d’opérations nécessite la conclusion de plusieurs contrats à exécution simultanée : on dit que ces contrats sont interdépendants.

 

...

Prenons un exemple : une entreprise A (locataire) loue des photocopieurs à une entreprise B (société de financement), qui en a fait l’acquisition auprès de l’entreprise C (fournisseur).

Cette opération implique bien deux contrats : un contrat de location des photocopieurs entre A et B, et un contrat de vente des photocopieurs entre B et C.

Ces contrats ayant le même objet finalement, sont bien interdépendants.

Alors, qu’en est-il du sort de ces contrats dans le cas où l’un des deux vient à être résilié ?

La Cour de Cassation a récemment eu l’occasion de se prononcer sur la question et de réitérer la position qu’elle tenait en 2013, dans deux arrêts du 12 juillet 2017.

A la lecture de ces décisions, il convient de souligner plusieurs points :

-  L’approche de la notion d’interdépendance des contrats est objective : elle ne résulte pas de la volonté des parties, mais de la convergence entre l’objet de chaque contrat.

 -   La sanction de la résiliation de l’un des contrats dans un ensemble contractuel est la caducité du second contrat (article 1186 alinéas 1 et 2 du nouveau code civil).

 -  Cette caducité est automatique, et prend effet à la date de la résiliation du premier contrat.

 -   Les clauses résultant de la résiliation du contrat sont inapplicables (clauses d’indemnisation, clauses pénales...). Aussi les clauses de divisibilité des contrats sont réputées non-écrites.

 -  Enfin, celui qui est à l’origine de la résiliation du 1er contrat, de par son inexécution ou pour sa convenance, peut voir sa responsabilité engagée.

 

 Enfin, cette jurisprudence n’est pas transposable au crédit-bail, mais on applique la théorie de l’accessoire : la sanction est partagée. Ainsi, le contrat accessoire au contrat de vente est caduc, et tombe en toutes ses dispositions conformément à l’article 1186 alinéa 2 du code civil.

 

lire la suite
Date :13/09/2018
Auteur :Propos reccueillis par Clotilde HAUWEL, Avocat

TROUBLE ANORMAL DE VOISINAGE

Quand le comportement du voisin empêche d'habiter son immeuble et même de le vendre !

 

...

Quand le comportement du voisin empêche d'habiter son immeuble et même de le vendre !

 

...

Un couple décide d’acquérir une maison cossue construite sur une parcelle enclavée de 1.000 m² dans un secteur prisé de la région lilloise et d’y faire quelques travaux d’aménagement avant d’y emménager.

Leur problème est que le voisin, occupant la parcelle mitoyenne et leur devant un accès à la rue, ne l’entend pas ainsi.

Ce voisin interpelle les artisans, écrit à la Mairie pour contester le permis de construire, empêche l’affichage du permis de construire accordé par la Mairie et envoie des messages à caractère multiples aux nouveaux propriétaires au point que ceux-ci ne veulent plus habiter la maison. Ils mettent en vente leur maison fraichement rénovée.

Le voisin va plus loin et décourage même les visiteurs pendant la recherche d’acquéreurs.

Le Tribunal de grande instance de Lille dans un jugement du mois de septembre 2018 estime à juste titre que l’accumulation de ces faits caractérise l’existence d’un trouble anormal de voisinage.

La Juridiction indemnise la perte de chance de vendre à un meilleur prix la maison par l’allocation de dommages et intérêts.

lire la suite
Date :13/09/2018
Auteur :Propos reccueillis par Clotilde HAUWEL, Avocat

L’E REPUTATION

Un proverbe dit : « On a qu'une seule chance de faire une bonne première impression. »

 

...

Ce proverbe est particulièrement vrai à l’heure du numérique et de l’instantanéité. Cette première impression se doit d’être particulièrement soignée, notamment sur internet.

La e-réputation constitue l’identité numérique de l’entreprise et est constituée du site internet, de l’activité sur les réseaux sociaux ainsi que des publications réalisées par l’entreprise.

Les avis des clients complètent l’e-réputation d’une entreprise, aussi bien les avis positifs que les avis négatifs.

Uniquement lorsque les avis négatifs sont injurieux et/ou diffamatoires, le droit permet de voir supprimer la publication par l’auteur, une fois celui-ci identifié.

Dans cette démarche, un Avocat vous assistera utilement.

lire la suite
Date :12/09/2018
Auteur :Propos reccueillis par Guy SIX, Avocat associé

Le saviez-vous ?

Le Droit du conjoint survivant sur l'habitation principale

...

Le Droit du conjoint survivant sur l'habitation principale

...

1- Si à l’époque du décès, le conjoint occupe effectivement à titre d’habitation un logement appartenant aux deux époux ou au conjoint décédé seul, il a droit pendant une année à la jouissance gratuite de ce logement, ainsi que du mobilier sans contrepartie.

2- Le conjoint survivant a aussi la possibilité de bénéficier sa vie durant d’un droit d’usage et d’habitation sur le même logement, ainsi que sur le mobilier, à la condition d’opter dans le délai d’un an, et sauf volonté contraire du défunt.

Dans ce deuxième cas, la valeur des droits d’habitation et d’usage s’impute sur la valeur des droits successoraux recueillis par le conjoint survivant.

lire la suite
Date :04/06/2014
Auteur :Propos reccueillis par Cabinet DUEL

Droit à l'oubli et processus de requête Google : le Cabinet DUEL met son expertise à votre service

Droit à l'oubli et processus de requête Google : le Cabinet DUEL met son expertise à votre service

Par un arrêt en date du 13 mai 2014, la Cour de Justice de l'Union Européenne est venue confirmer que la Directive européenne du 24 octobre 1995, relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, s'appliquait également aux moteurs de recherche.
...

Droit à l'oubli et processus de requête Google : le Cabinet DUEL met son expertise à votre service

Par un arrêt en date du 13 mai 2014, la Cour de Justice de l'Union Européenne est venue confirmer que la Directive européenne du 24 octobre 1995, relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, s'appliquait également aux moteurs de recherche.
...

Google doit donc se conformer à la réglementation en vigueur en matière de collecte et d'exploitation de données à caractère personnel.

Ainsi, tout internaute doit pouvoir solliciter du moteur de recherche la suppression des liens renvoyant vers des pages web contenant des informations portant atteinte à sa vie privée.

C'est pourquoi, Google a mis en place un processus de requête afin de l'alerter sur les liens devant être supprimés mais, toutes les demandes ne seront pas satisfaites.

En effet, la Cour vient limiter ce "droit à l'oubli" en précisant qu'il y a lieu de rechercher un équilibre entre l'intérêt économique de l'exploitant du moteur de recherche et les droits fondamentaux de la personne dont le droit au respect de sa vie privée et le droit à la protection de ses données à caractère personnel.

Google est donc invité à analyser au cas par cas chaque demande au regard de la nature de l'information, de sa sensibilité pour la vie privée de la personne concernée et de l'intérêt pour le public à la recevoir, en raison notamment du rôle joué dans la vie publique de cette personne.

Un large pouvoir d'appréciation lui est laissé.

Il est donc primordial de développer précisément pour chaque lien, les arguments plaidants pour leur retrait.

Le Cabinet DUEL par son expertise en matière de protection des données personnelles, vous propose de vous accompagner dans cette première phase de dépôt de requête et, le cas échéant, en cas de refus opposé par le moteur de recherche, de vous représenter devant les juridictions de droit commun ou la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés).
lire la suite